Editions Wildproject

 

Editions Wildproject

 

Premier ouvrage sur le scandale des pesticides, Printemps silencieux a entraîné l’interdiction du DDT aux États-Unis. Cette victoire historique d’un individu contre les lobbies de l’industrie chimique a déclenché au début des années 1960 la naissance du mouvement écologiste.

Printemps silencieux est aussi l’essai d’une écologue et d’une vulgarisatrice hors pair. En étudiant l’impact des pesticides sur le monde vivant, du sol aux rivières, des plantes aux animaux, et jusqu’à l’ADN, ce livre constitue l’exposition limpide, abordable par tous, d’une vision écologique du monde.

50 ans après sa conception, on redécouvre Printemps silencieux au moment où l’on commence à s’intéresser, en France, à la philosophie de l’écologie. « Ce n’est pas moi, c’est Rachel Carson qui a inventé l’écologie profonde », affirme en effet le philosophe norvégien Arne Næss.

Vendu à plus de 2 000 000 d’exemplaires, traduit en 16 langues, Printemps silencieux n’est pas seulement un best-seller : c’est un monument de l’histoire culturelle et sociale du XXe siècle. Point de référence difficilement contournable de l’histoire de l’écologie, cet ouvrage fait partie de la bibliothèque de l’honnête homme.

 

« Printemps silencieux constitue la naissance du mouvement écologiste. »
Al Gore
Préface

 

« Rachel Carson défend la thèse que l’arme atomique n’est pas la seule à menacer de détruire la vie : avec les pesticides on obtient, à long terme, les mêmes résultats. »
Patrick Matagne
« Aux origines de l’écologie », 2003

 

« Ce best-seller mondial a contribué à la prise de conscience publique des dégâts provoqués par les sociétés industrielles. (…) Le livre, qui suscitera la polémique, conduira le président Kennedy à créer une commission d’enquête, qui confirmera ses analyses. La naissance de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) sera aussi un effet de Printemps silencieux. »
Serge Audier
Le Monde
, 2009

« S’appuyant sur des dizaines de rapports scientifiques, l’écrivain visionnaire pointe du doigt le DDT, qui est extrêmement toxique pour les oiseaux et les espèces aquatiques ; mais aussi l’aldrine, chlordane, dieldrine, endrine, heptachlore, hexachlorobenzène, mirex, toxaphène, tous considérés, aujourd’hui, comme des “polluants organiques persistants” (POP), auxquels la Convention de Stockholm de l’ONU, ratifiée en 2001, a ajouté les PCB de Monsanto. »
Marie-Monique Robin
Arte, 2009

 

« L’héritage de Rachel Carson est multiple. (…) Elle savait aborder les questions techniques dans un style poétique et accessible, touchant ainsi un large public. (…) Rachel Carson sert indéniablement de modèle pour les femmes scientifiques à travers le monde. »
Unesco, 2012
Évènement spécial à l’occasion du 50e anniversaire de la publication de Printemps silencieux


« Traitée de “défenseur fanatique du culte de l’équilibre de la nature”, ou encore de “femelle hystérique et émotive” par les tenants de l’industrie chimique, elle subit les pires attaques et calomnies. Mais la vérité de ces écrits eut gain de cause, et elle finit même par obtenir l’interdiction du fameux DDT en Amérique. »
Aurélie Luneau
« La marche des sciences », France Culture, 2012

 

« Lu par des millions de personnes, Printemps silencieux a eu des retombées sociales considérables : l’ouvrage a fait des questions environnementales un enjeu
pour l’ensemble des citoyens, et a fait entrer l’écologie dans le vocabulaire des politiques. »
Valérie Chansignaud
« Comment on a déclaré la guerre DDT », Pour la science, 2012

 

« Rachel Carson est morte d’un cancer du sein. Étonnamment, peu de gens le savent. Elle était elle-même résolument secrète sur sa maladie, craignant sans doute que la révélation de son cancer soit utilisée par ses contradicteurs pour remettre en question l’intégrité de ses critiques de l’industrie chimique.
Mais le double héritage de Carson – à la fois en tant que lanceuse d’alerte sur les composés chimiques de synthèse, et en tant que victime d’une maladie “de femme” négligée par l’establishment scientifique masculin – a initié un remarquable effort pour mettre au jour les liens entre agressions chimiques et cancer du sein. »
Joni Seager
« Rachel Carson Died of Breast Cancer: The Coming of Age of Feminist Environmentalism », 2014

 

« C’est un livre prodigieux, extraordinaire. Elle dit notamment que pour la première fois dans la vie des hommes, et c’est vrai, il va falloir s’habituer à vivre avec des produits toxiques à l’intérieur de nous. »
Fabrice Nicolino, 2018