Editions Wildproject
wildproject: journal of environmental studies
home | who | events | gallery

ALL ISSUES

12 | 2012
Y a-t-il du sacré
dans la nature?


11 | 2011
L'Orient de l'écologie

10 | 2011
Penser avec les pieds

9 | 2010
J. Baird Callicott
et l'éthique de la terre


8 | 2010
Arne Naess, une figure
contemporaine de la sagesse


7 | 2010
Mix printanier

6 | 2009
L'âge écologique de la culture

5 | 2009
La naissance de l'écologie

4 | 2009
Ondes du monde : territoires
sonores de l'écologie

3 | 2009
Nature urbaine

2 | 2008
L'écologie profonde

1 | 2008
Une éthique environnementale
à la française?

Les n° 1 à 3 seront prochainement mis en ligne, merci pour votre patience.




Editions Wildproject
numéro 5 | 2009
LA NAISSANCE DE L'ECOLOGIE

Afficher le sommaire en survolant les images









Collection Domaine sauvage
La naissance de l'écologie

 

Née sous la forme d'une sous-science de la biologie, l'écologie est devenue un mouvement de société en 1962, avec la parution de Printemps silencieux de la biologiste marine RACHEL CARSON.

Au début des années 1970, c'est sous l'influence de Rachel Carson qu'un philosophe norvégien, ARNE NAESS, formule les grands principes de la première philosophie de l'écologie, qu'il baptise "écologie profonde", par opposition à une écologie superficielle qui n'a pour fin que le la poursuite du développement économique des pays riches.

Les blessures que nous infligeons au monde sont-elles sans rapport avec un projet de civilisation qui définit l'humain par opposition à la nature? Une réponse sérieuse à la crise environnementale passe par un examen de notre vision du monde et de nos valeurs. Plus que jamais, nous avons besoin de philosophie.

Alors même que l'écologie occupe un large espace médiatique et correspond à un fort intérêt de l'opinion, ses racines intellectuelles sont pourtant méconnues. Indissociablement scientifique, sociale et philosophique, l'écologie est un vaste mouvement culturel, qui repose sur l'intuition que la nature est autre chose, davantage que ce que notre culture en dit. Dans la crise écologique, il y va de notre humanité plus encore que de notre survie.

Avec la collection DOMAINE SAUVAGE, les éditions Wildproject invitent à découvrir l'histoire de la pensée écologiste, pour tracer les contours du monde de demain.

 

Le lancement de la collection "Domaine sauvage" a lieu lundi 25 mai à 18h30 à l'ambassade de Norvège, en présence de David Rothenberg.



Arne Naess: Mais entre nous, je n’ai plus la même attitude générale envers Tvergastein que celle que j’avais pendant les dix premières années.

David Rothenberg : Quelle était cette attitude ?

Eh bien, un extraordinaire enthousiasme, du seul fait de fuir la ville. Aller quelque part où je pouvais vivre selon ma propre conception de la liberté, où je pouvais m’installer dans un lieu à moitié chauffé, avec ces montagnes fabuleuses à portée de main. Je n’éprouve plus aujourd’hui, devant le Hallingskarvet, qu’un cinquième de l’enthousiasme que j’éprouvais alors.

Pourquoi ?

La répétition, peut-être. Je ne sais pas.

Ce n’est plus aussi neuf ?

Je ne suis plus le même type. Je ne suis plus le même être.

En quoi es-tu différent ? Tu ne pratiques plus autant l’escalade ?

Après tant d’expériences dans des environnements déréglés, je suis devenu blasé. C’est le terme : blasé. Et je suis faible. Les tempêtes et le mauvais temps commencent à me déranger. Il faut une certaine résistance, ici. Je me ramollis : j’ai besoin de soleil, de chaleur, des petites vagues dans les fjords. Moins d’hiver, de vent, de glace.

Mais il y a encore beaucoup de choses que tu aimes, ici.

Oh ! oui !

Y a-t-il des choses que tu trouves plus agréables, maintenant que tu es plus âgé ? Des choses que tu préfères aujourd’hui ?

Eh bien, je m’autorise à utiliser un peu plus d’énergie afin d’obtenir une température intérieure qui ne m’oblige pas à sauter sur place soixante pour cent du temps pour avoir chaud. Avant, c’était bien pire.

Même ces dernières années ?

Ma première femme supportait tout ça. Quand j’avais froid –quand il faisait 10 °C et qu’en l’absence de ventilation notre haleine avait rendu la pièce humide –, je sautais sur place, encore et encore.

Je vois.

Et ma deuxième femme a décrété que la température minimale ne devait pas être inférieure à 14 °C. Elle avait tout à fait le droit de dire : « Écoute, il fait 13 °C ! » J’avais l’habitude d’ouvrir la fenêtre pendant l’hiver et de sortir ma tête par - 10 °C, en pleine nuit, sans vent, juste pour sentir la nuit, dehors ; être à l’intérieur, mais avec la tête dehors.

Dormais-tu dans cette position, ou bien jetais-tu seulement un œil dehors ?

Après, je refermais la fenêtre, mais j’avais pu saisir le calme. Par le simple fait de mettre la tête à la fenêtre, je pouvais éprouver toutes sortes de sensations qu’on n’éprouve pas à travers la vitre.

Évidemment.

Ce que je veux dire, c’est qu’il faut, dans une certaine mesure, être ridicule pour ne pas perdre de vue certains objectifs. On développe des habitudes ridicules. Ma troisième femme, Kit Fai, est encore plus sensible. Par conséquent, elle a encore moins d’indulgence pour ce genre de choses.

Mais j’aimerais tout de même que tu me dises s’il y des choses qui se sont améliorées, maintenant que tu as vieilli.

Je dirais que je suis maintenant plus tolérant.

Ça ressemble plutôt à une excuse. Y a-t-il des choses qui se sont améliorées ? As-tu atteint quelque chose dans la vie dont tu pourrais dire : « Oui, je suis heureux d’en être arrivé là, de ne plus être comme j’étais lorsque j’étais plus jeune » ?

Quelque chose que j’aurais raté dans ma jeunesse ?

Oui, un progrès. Pour tous les lecteurs de plus de 90 ans. Une raison d’espérer. Tu penses à quelque chose ?

Oui. Avec l’âge, la pression devient beaucoup moins grande. Surtout quand il ne te reste plus que quelques années, comme c’est le cas pour mes frères aînés, tu as des chances de connaître une existence joyeuse, mais d’une joie douce, sans le moindre motif de contrariété. Pas même ton bilan de santé. Le plus souvent, après 90 ans, on est atteint de trois ou quatre maladies, ou tout au moins de faiblesses, qui ne font que s’aggraver, mais on s’adapte. On fait des expériences qu’on ne pouvait pratiquement jamais faire auparavant. On a le sentiment d’en avoir terminé. La vie telle qu’on la concevait ordinairement est achevée, parce qu’on n’a plus d’objectif pressant à atteindre.




Extrait de Vers l'écologie profonde, d'Arne Naess et David Rothenberg,
Wildproject, 2009

 





Editions Wildproject

From natural to human sciences, urbanism to contemporary art, wildproject is a journal of environmental studies grounded in environmental philosophy.

Newsletter