Éthique de la terre

J. Baird Callicott

Éthique de la terre – Couverture Afficher la couverture Toujours afficher les couvertures ?

Éthique de la terre

J. Baird Callicott

Poche

août 2021

978-2-381140-230

454 pages

14 €

11 × 17 cm

À paraître le 20 août 2021

« Nous sommes aujourd’hui à l’aube d’une toute nouvelle philosophie de la nature. Une anxiété traverse notre époque, car la vieille philosophie de la nature s’est effondrée, et la forme de la nouvelle n’est pas encore entièrement claire. Une grande occasion s’offre donc à nous : les philosophes contemporains peuvent contribuer à élaborer une nouvelle vision du monde. » – J. Baird Callicott

Aux sources premières de la philosophie de l’écologie.

Préface de Catherine Larrère
Avant-propos de Baptiste Lanaspeze
Postface de Baptiste Morizot

L’auteur

J. Baird Callicott, né en 1941, a donné le premier cours d’éthique environnementale en 1971. Dans le sillage d’Aldo Leopold, il est reconnu comme l’une des principales figures de la philosophie de l’écologie. Il a dirigé le département de philosophie de l’université North Texas et présidé la Société internationale d’éthique environnementale.

On en parle

« Le plus fécond et le plus original des théoriciens contemporains de l’éthique environnementale. »
Catherine Larrère

« Certains, et c’est mon cas, peuvent voir dans l’éthique écocentrique de Callicott un fondement philosophique solide pour s’engager dans une coexistence moins conflictuelle entre humains et non-humains. »
Philippe Descola

« J’ai de la gratitude tous les jours pour cette découverte d’une possibilité de faire de la philosophie au service de quelque chose de plus grand que moi, à savoir l’aventure de la vie sur Terre depuis quatre milliards d’années, le grand fleuve du vivant, dont nous sommes, ou l’“odyssée de l’évolution”, comme dit Aldo Leopold. Et dans mon cheminement, c’est J. Baird Callicott qui a ouvert ce chantier, cet espace pour l’exploration en philosophie de l’écologie, avec ses potentiels politiques – au sens de la transformation de nos usages collectifs du monde. »
Baptiste Morizot

« J. Baird Callicott est aux États-Unis un des pionniers de ce qui est connu aujourd’hui sous le nom de “philosophie environnementale”. Il s’inspire de “l’éthique de la terre” formulée par Aldo Leopold, selon laquelle il faut préserver un environnement en vertu de l’unité que forment les composantes de l’écosystème, plutôt que de la valeur de chacune d’entre elles. Il examine comment les traditions religieuses ont exprimé cette conception selon des modalités variables. »
Frédéric Keck, Le Monde

« L’éthique de la terre sera le souci du xxie siècle. »
J. M. G. Le Clézio

Sommaire

Préface de Catherine Larrère
Avant-propos de Baptiste Lanaspeze

Introduction
La véritable tâche de la philosophie contemporaine

I. Révolution tranquille : L’éthique de la terre
Fondations de l’éthique de la terre
Les implications métaphysiques de l’écologie

II. Débats : La construction d’une école
La nature a-t-elle une valeur en elle-même ?
Le problème de l’écofascisme
La nature est-elle en équilibre ?

III. Horizons : Après le paradigme industriel
L’idée de nature sauvage revisitée
La nature est morte, vive la nature !
Diversité culturelle et diversité biologique
Après le paradigme industriel

Postface de Baptiste Morizot