Auteurs

b

  • Wendell Berry

    Wendell Berry, poète, écrivain, paysan et militant écologiste, est né en 1934. Auteur de plus de quarante livres, il a consacré sa carrière à explorer nos relations à la terre. Il a reçu en 2012 le plus grand honneur national aux États-Unis avec la “Jefferson Lecture”.

  • Olivier Bersin

  • Murray Bookchin

    Murray Bookchin (1921-2006) était un militant et penseur écologiste américain d’origine russe. Théoricien de l’écologie sociale et du communalisme, il a passé sa vie à articuler philosophie libertaire et écologie scientifique. Il est considéré comme l’une des figures majeures de l’éco-anarchisme au 20e siècle.

  • Jean-Luc Brisson

    Jean-Luc Brisson est un artiste-paysagiste. Ancien rédacteur en chef des Carnets du paysage (Actes Sud), enseignant de l’École Nationale Supérieure du Paysage de Versailles (ENSP), il est l’auteur de nombreux ouvrages entre poésie et théorie, souvent pleins de dessins, comme L'Évaporation motrice ou Le Paradis (Actes Sud).

  • Peter Brown

    Peter Brown photographie le paysage ouvert et les petites villes des Hautes Plaines depuis trente ans. Il vit à Houston avec sa femme Jill Fryar. Il est l’auteur de Seasons of Light, On The Plains et West of Last Chance, en collaboration avec le romancier Kent Haruf.
    Son travail a été acquis et exposé par de nombreux musées, dont The Museum of Modern Art (New York), The Museum of Fine Arts (Houston) et The Getty Museum (Los Angeles).

  • Arnaud Béchet

    Arnaud Béchet est écologue à la Tour du Valat, Institut de recherche pour la conservation des zones humides méditerranéennes. Il dirige depuis 2002 l’étude à long terme des flamants roses en Camargue et en Méditerranée.

c

  • J. Baird Callicott

    J. Baird Callicott, né en 1941, a donné le premier cours d’éthique environnementale en 1971. Dans le sillage d’Aldo Leopold, il est reconnu comme l’une des principales figures de la philosophie de l’écologie. Il a dirigé le département de philosophie de l’université North Texas et présidé la Société internationale d’éthique environnementale.

  • Rachel Carson

    Rachel Carson (1907-1964) est la mère du mouvement écologiste. Dix ans avant Printemps silencieux, cette biologiste marine fut dʼabord célèbre pour son best-seller La Mer autour de nous. Rachel Carson a été saluée par le Time magazine comme « lʼune des femmes les plus influentes du 20e siècle ».

  • Brahim Chikhi

    Brahim Chikhi, né en 1977 à Saint-Denis, sixième enfant de parents analphabètes, a fait des études de physique. Ancien enseignant, formateur dans des mouvements d'éducation populaire, il a été élu local en Seine-Saint-Denis jusqu'en 2014, et mène une action militante visant à l'organisation des quartiers populaires dans le 93, action inspirée par le travail du sociologue américain Saul Alinsky.

  • Yves Cochet

d

  • Emmanuel Delannoy

    Entrepreneur, conférencier, auteur, Emmanuel Delannoy a contribué à la construction de l’Agence française de la biodiversité.

  • Yvan Detraz

    Yvan Detraz, architecte, est le directeur du collectif de création urbaine Bruit du frigo – un des premiers de ces collectifs d’architectes qui ont renouvelé en profondeur la commande publique et l’aménagement urbain.

  • Youssouf Djibaba

    Youssouf Djibaba, surnommé Claude, a.k.a. Dyca, est un travailleur social et ancien champion de boxe né à Marseille. C’est par le mouvement hip-hop qu’il vient à l'écriture. Autodidacte, il écrit pour tromper la solitude dans les chambres d’hôtel lors des championnats. Il a boxé de 17 à 33 ans, et remporté 8 fois le championnat de France (poids super-plume) et a été champion de l’Union européenne en 2006.

    Travailleur social depuis quinze ans, il accompagne au quotidien des jeunes migrants ou isolés. Youssouf Djibaba a écrit Comme des rois pour rendre hommage à ses grands frères, « les grands du magasin », qui ont contribué à son éducation, et à la construction de ses valeurs. Comme des rois est son premier roman. « Rêveur de l'impossible », ce père de famille se définit comme un « écrivain des rues » pour qui « la vie est une fête avec des larmes ».

  • Matthieu Dumont

    Matthieu Dumont, né en 1985, est auteur et traducteur (allemand, anglais). Aux éditions Wildproject, il a traduit Philosophie de la crise écologique, de Vittorio Hösle (2009) et Aristocrates sauvages, de Jim Harrison et Gary Snyder (2011).

  • Roxanne Dunbar-Ortiz

    Roxanne Dunbar-Ortiz est une historienne et militante née en 1938. Docteur en histoire (UCLA, 1974), elle est également diplômée en droit international et droits de lʼhomme de lʼIDH de Strasbourg (1983). Militante de la cause amérindienne depuis 1967, cofondatrice du Mouvement de libération des femmes (MLF) aux États-Unis en 1968, elle a aussi vécu en Europe, au Mexique et à Cuba. Elle est lʼauteure dʼune quinzaine dʼouvrages.

  • Matthieu Duperrex

    Fondateur du collectif Urbain, trop urbain, Matthieu Duperrex est auteur multimédia et chercheur. Il soutient en 2018 une thèse intitulée « Arcadies altérées. Territoires de l’enquête et vocation de l’art en Anthropocène ». Auteur de nombreux ouvrages collectifs, il signe avec Voyages en sol incertain son premier livre en nom propre.

  • Claire Duport

    Claire Duport, sociologue, enquête sur les trafics et les usages de drogues depuis 2008. Elle est co-auteure de l'ouvrage Sociologie de Marseille (La Découverte, 2015).

g

  • Amitav Ghosh

    Né en 1956 à Calcutta, Amitav Ghosh est l’un des plus importants écrivains anglophones contemporains. Mondialement reconnu pour ses vastes romans historiques comme Un océan de pavots (2010, sélection Booker Prize) et Les Feux du Bengale (Prix Médicis étranger, 1990), et également salué pour ses essais (par Giorgio Agamben, Naomi Klein, Roy Scranton...), Ghosh est considéré comme l’un des plus grands penseurs de l’Anthropocène.

    La question du changement climatique, auparavant présente à l’arrière-plan de son œuvre, est au cœur du Grand Dérangement. Cet essai a également inspiré son dernier roman, Gun Island.

  • Julien Gravelle

  • David Grémillet

    David Grémillet est océanographe. Après une formation en France, en Allemagne et en Écosse, il a intégré le CNRS en 1999. Il est actuellement directeur de recherche au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive de Montpellier, où il analyse l’impact des pêcheries et des changements climatiques sur les oiseaux marins, notamment au Groenland, en Afrique australe et en Europe.

    Ces travaux ont fait l’objet de plus de 200 publications scientifiques, ainsi que d’un ouvrage coédité pour le grand public Le Groenland : Climat, Écologie, Société (CNRS Éditions, 2016).

  • François Génot

h

  • Ghassan Hage

    Ghassan Hage est un anthropologue libano-australien né à Beyrouth en 1957. Professeur à l’université de Melbourne, il a également enseigné à l’EHESS, Nanterre, Copenhague, Harvard… Il est notamment l’auteur de Nation blanche : fantasmes de suprématie dans une société multiculturelle (Routledge, 2000).

  • Jim Harrison

    Jim Harrison, auteur de romans comme Dalva ou Légendes d’automne, est l’un des écrivains américains les plus lus en France aujourd’hui.

  • Hatakeyama Shigeatsu

    Hatakeyama Shigeatsu, né en 1943 à Shanghai, est ostréiculteur, délégué de la Société des soupirants de la forêt des huîtres (Kaki no mori wo shitau kai), et professeur en lien social à l’université de Kyôto. En 2015, il est admis au Palais de l’environnement terrestre de Kyôto, qui commémore le protocole de Kyôto (1995), pour son action pionnière dans l’interrelation des forêts, des rivières et des eaux marines côtières.

    Il est l’auteur de plusieurs livres, dont Les Eaux saumâtres au Japon, Ces pêcheurs qui plantent des forêts, ainsi que d’un livre pour enfants qui a été traduit en français, J’ai planté un arbre en montagne (Andernos, L’édune, 2016).

  • Vittorio Hösle

i

  • Kinji Imanishi

    Kinji Imanishi (1902-1992), écologue et anthropologue, est un pionnier mondial de l’écologie, et le fondateur de la primatologie. Disciple de Nishida, de l’école de Kyoto, il prolonge son projet de synthèse entre la science occidentale et l’éthique orientale. Alpiniste chevronné, il est le plus célèbre naturaliste japonais du 20e siècle.

j

  • John Brinckerhoff Jackson

    John Brinckerhoff Jackson (1909-1996) fut éditeur du magazine Landscape, professeur associé à la faculté d’Environnemental Design de Berkeley et chargé de cours aux départements de Landscape Architecture et de Visual and Environnemental Studies d’Harvard. En 1986, la Rhode Island School of Design lui décerna le titre de Docteur honoris causa en arts, puis, en 1995, le Pen American Center lui attribua le prix Diamonstein-Spielvogel pour son recueil d’essais A Sense of Place, A Sense of Time.

    Désormais reconnu en France comme une figure de premier plan chez les géographes, les photographes et les paysagistes, Jackson est toujours resté à la périphérie du monde universitaire, en raison de ses méthodes de recherche, de ses manières d’écrire et de sa pluriactivité. Jackson se présentait comme un chercheur amateur, s’intéressant au paysage et aux manières de l’habiter, étant ou ayant été par ailleurs été cow-boy, rancher, biker, jardinier, garagiste et universitaire.

  • Robinson Jeffers

    Robinson Jeffers, poète du rivage californien adulé et maudit, est une voix poétique incontournable du 20e siècle. Le Dieu sauvage du monde est la première anthologie qui lui est consacrée en français.

l

  • Catherine Larrère

    Catherine Larrère, professeure émérite à l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, spécialiste de philosophie morale et politique, est l’une des pionnières en France de la philosophie de l’écologie.

  • Raphaël Larrère

    Raphaël Larrère, ingénieur agronome et sociologue, a été directeur de recherche à l’Inra et dirige la collection « Sciences en questions » aux éditions Quæ.

  • Paul-Hervé Lavessière

    Né en Charente en 1987, Paul-Hervé Lavessière est géographe-urbaniste. Après quelques années en bureau d’étude à Bruxelles, il écrit La Révolution de Paris, récit de voyage dans le Grand Paris, récompensé du Prix Haussmann.
    En 2014, il cofonde l’association Sentiers Métropolitains au sein de laquelle il participe à la création de plusieurs Sentiers Métropolitains (Paris, Tunis, Avignon…), ainsi qu’à l’organisation de workshops et projets artistiques et culturels mêlant écriture et design d’itinéraire.

  • Aldo Leopold

    Aldo Leopold (1887-1948), forestier et protecteur de la nature, est un pionnier américain de lʼécologie. Pêcheur et chasseur passionné, il est considéré comme lʼun des pères de la gestion et de la protection de la nature aux États-Unis. Il a considérablement influencé le développement de la philosophie de lʼécologie (environmental ethics).

  • Barry Lopez

    Né en 1945, Barry Lopez est l’un des grands nature writers américains contemporains. Notamment lauréat de l’Académie américaine des arts et des lettres, de la fondation Guggenheim, de la National Science Foundation, il a œuvré à l’invention d’une nouvelle littérature des lieux.

m

  • Pierre Madelin

    Pierre Madelin, auteur et traducteur, a grandi à Cuba et à Paris. Il vit et travaille à San Cristobal de las Casas, au Mexique. Il est notamment l’auteur de Après le capitalisme et Faut-il en finir avec la civilisation ? primitivisme et effondrement ? (Ecosociété).

    Il est également le traducteur de nombreux essais de référence en humanités écologiques, et notamment :
    J. Baird Callicott, Pensées de la terre (Wildproject)
    Aldo Leopold, La Conscience écologique (Wildproject)
    Arne Næss, La Réalisation de soi (Wildproject)
    Robert Richardson, Thoreau : biographie intérieure (Wildproject)
    Arne Næss, Une écosophie pour la vie (Seuil)
    Tim Ingold, Marcher avec les dragons (Zones sensibles)
    Guillermo Bonfil Batalla, Mexique profond (Zones sensibles)
    Earth first, À bas l’empire vive le printemps ! Stratégie pour une écologie radicale (Divergences)
    Holmes Rolston, Terre objective : Essais d’éthique environnementale (Dehors)
    Sue Donaldson, Kymlicka Will, Zoopolis (Alma)

  • Raphaël Mathevet

    Raphaël Mathevet est écologue et géographe au CNRS. Il coordonne ou participe à de nombreux programmes nationaux et internationaux de recherche interdisciplinaire sur les interactions natures/sociétés. Il est notamment l’auteur de La Solidarité écologique (Actes Sud, 2012).

  • Geoffroy Mathieu

  • Pascal Menoret

    Pascal Menoret enseigne l’anthropologie à l’université Brandeis (Massachusetts). Anthropologue et historien, arabisant, il est l’auteur de L’Énigme saoudienne. Les Saoudiens et le monde, 1744-2003 (La Découverte, 2003) et de L’Arabie, des routes de l’encens à l’ère du pétrole (Gallimard, 2010).

  • Carolyn Merchant

    Née en 1936, Carolyn Merchant est philosophe écoféministe et historienne des sciences. Elle est professeure d’histoire environnementale, d’éthique et de philosophie à l’université de Californie à Berkeley.

  • Marc Molk

  • Baptiste Morizot

    Agrégé et docteur en philosophie, Baptiste Morizot est écrivain et maître de conférence à l’université d'Aix-Marseille. Ses travaux consacrés aux relations entre l’humain et le vivant s’appuient sur des pratiques de terrain, notamment de pistage de la faune sauvage. Il est l‘auteur de Les Diplomates. Cohabiter avec les loups sur une autre carte du vivant (Wildproject, 2016), de Manières d’être vivant (Actes Sud, 2020) et de Raviver les braises du vivant (Wildproject/Actes Sud, 2020). Chez Wildproject, il a également préfacé Le Loup et le Musulman de Ghassan Hage et postfacé Éthique de la terre de J. Baird Callicott.

p

  • Laurent Petit

    Après une brève carrière d’ingénieur, de jongleur et de clown de supermarché, Laurent Petit cofonde la revue Il est déjà trop tard avant de créer l’Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine (ANPU). Il est également l’auteur de La Ville sur le divan (éd. La Contre Allée, 2013).

  • Val Plumwood

    Val Plumwood (1939-2008) est une philosophe écoféministe. Son oeuvre, constituée de trois livres et de plus de 80 articles, forme une contribution majeure à la philosophie féministe comme à la pensée écologiste.

  • Mathias Poisson

    D'abord designer puis danseur, Mathias Poisson est un artiste dont le travail de dessin, de carte sensible et de performance est centré autour de l'exploration des territoires par la marche. Mathias Poisson a exposé à Beyrouth, au Canada, à Toulouse, et a fait la première exposition du MUCEM hors les murs à Marseille en 2011.

  • Michael Pollan

    Michael Pollan est l’un des auteurs les plus influents aux États-Unis sur la question de la nourriture et de l’agriculture. Journaliste et militant, il enseigne à l’université de Berkeley.

  • Philippe Pujol

    Philippe Pujol, journaliste, vit et travaille à Marseille. Localier au quotidien La Marseillaise, il est le lauréat du prix Varenne PQR pour la série "French Deconnection" (parue en 2012), et du prix Albert-Londres pour la série "Quartiers shit" (parue en 2013). Il enquête sur la délinquance depuis 2004.

r

  • Hugh Raffles

    Hugh Raffles a grandi à Londres. Il a été conducteur dʼambulance, DJ, régisseur de théâtre, nettoyeur, commis de cuisine. Il vit à New York et enseigne lʼanthropologie à The New School. Son oeuvre pionnière lui vaut de nombreux prix, en sciences sociales comme en écologie.

  • Pierre Restany

    Pierre Restany (1930-2003), le plus important critique d’art de l’après-guerre en France, fut en 1960 (avec Yves Klein, Arman…) la cheville ouvrière du groupe des Nouveaux réalistes.

  • Robert Richardson

    Robert Richardson, historien et écrivain, est l’auteur des biographies de références de Thoreau, d’Emerson et de William James. Lauréat de nombreux prix dont l’American Award of Literature de l’Académie des Arts et Lettres, il réside à Key West avec son épouse, la nature writer Annie Dillard.

  • Estienne Rodary

    Estienne Rodary, géographe, ancien rédacteur en chef de la revue Écologie et Politique, directeur de recherches à l’IRD, a vécu et travaillé en Afrique du Sud et en Nouvelle Calédonie. Il a notamment codirigé le Manifeste pour une géographie environnementale (Presses de Sciences Po, 2016).

  • Mathias Rollot

    Mathias Rollot est architecte, docteur en architecture, enseignant-chercheur à l’École nationale supérieure d’architecture de Nancy et auteur. Ses recherches appartiennent au champ des humanités écologiques, et portent notamment sur la philosophie de l’habitabilité, la théorie du biorégionalisme, ou encore l’éthique et l’épistémologie architecturale au 21e siècle.

  • Deborah Bird Rose

    Deborah Bird Rose (1946-2018) ethnographe, a consacré sa vie à l’entrecroisement des questions de justice sociale et de justice écologique, à partir d’un long travail de terrain avec les peuples aborigènes d’Australie.

s

  • Kirkpatrick Sale

    Né en 1937, Kirkpatrick Sale est un journaliste, essayiste et chercheur indépendant américain. Il a écrit plus d’une dizaine d’ouvrages autour de questions politiques et écologiques, et plus particulièrement des pensées décentralisatrices.

  • Jean Salmona

    Jean Salmona, musicien et gastronome, est issu d'une famille que l'Histoire a promenée de l'Espagne à la France en passant par l’Empire ottoman et la Grèce. Une fugue de Bach est son premier ouvrage.

  • Michel Samson

  • Rachid Santaki

    Rachid Santaki, né en 1973 à Saint-Ouen, auteur et scénariste français d'origine marocaine, aime la noirceur, le rythme des grandes villes, la culture de rue, et c'est de tous ces éléments que sont faits ses romans et ses essais. Rachid Santaki est notamment l'auteur de Les Anges s'habillent en caillera.

  • Raymond Murray Schafer

  • Marin Schaffner

    Marin Schaffner, auteur et traducteur, codirige la collection de poche des éditions Wildproject. Ethnologue de formation, il anime de nombreux ateliers d’écriture et fait de l’éducation populaire aux sciences sociales. Il est notamment l’auteur de Un sol commun : lutter, habiter, penser (Wildproject, 2019).

  • Pierre Schoentjes

    Pierre Schoentjes est professeur à l’Université de Gand en Belgique, où il enseigne la littérature française. Il est le fondateur de la Revue critique de fixxion française contemporaine. Schoentjes est l’auteur de plusieurs essais dont Poétique de l’ironie (Seuil, 2001) et Fictions de la Grande Guerre (Classiques Garnier, 2009).

  • Anne Simon

    Anne Simon est directrice de recherche au CNRS. Spécialiste de Proust, auquel elle a consacré quatre ouvrages, elle a en parallèle orienté depuis deux décennies son travail sur le vivant et l’animalité en littérature, initiant et développant en Europe la zoopoétique.

  • Agnès Sinaï

  • Gary Snyder

    Gary Snyder est un poète, traducteur, penseur et écologiste américain. Né en 1930 à San Francisco, il est une figure centrale de la Beat Generation et du biorégionalisme, et un acteur de la propagation du bouddhisme zen aux États-Unis. Gary Snyder est également l’un des personnages des Clochards célestes de Jack Kerouac, sous le nom de Japhy Ryder. Il réside depuis plusieurs décennies dans le lieu-dit Kitkitdizze, près de la rivière Yuba (Sierra Nevada, Californie).

    Il a publié plus de 25 livres entre 1959 et 2007 (poésie, essais, récits de voyage), traduits en plus de 20 langues. Il a obtenu le prix Pulitzer en 1975.

  • Isabelle Stengers

    Née en 1949, Isabelle Stengers, longtemps professeure de philosophie des sciences à l’Université Libre de Bruxelles, est une figure intellectuelle aux multiples facettes. Co-créatrice de la maison d’édition Les Empêcheurs de penser en rond en 1990, traductrice et grande préfacière, elle est l’auteure d’une trentaine d’ouvrages dont la majorité en collectif. Ses principaux thèmes de travail sont la critique des sciences et de la modernité capitaliste, l’écoféminisme, et les désastres écologiques en cours.

  • Bertrand Stofleth

  • Kenneth Strong

    Né en 1925, Kenneth Strong a étudié la littérature et le japonais à Oxford et à Londres. Professeur de littérature anglaise, il a traduit plusieurs romanciers japonais dont Tanizaki.

  • Gilles Suzanne

    Gilles Suzanne, maître de conférences en esthétique et sciences des arts à l’Université d’Aix-Marseille, chercheur au laboratoire d’études en sciences des arts (EA3274), est l’auteur d’une thèse sur le rapport entre ville et musique, ainsi que de nombreux travaux sur les arts en Méditerranée.

v

  • Thom van Dooren

    Thom van Dooren, écrivain et philosophe, est professeur à l’université de Sydney et à l’université d’Oslo. Avec Deborah Bird Rose, il a fondé et dirigé la revue Environmental Humanities (Duke University Press), et coédité le recueil Extinction studies en 2017.

w

  • Kenneth White

    Franco-écossais de culture mondiale, Kenneth White est le fondateur de la géopoétique. Son œuvre a été saluée par le prix Médicis Étranger, le prix Roger Caillois, le grand prix du Rayonnement français de l’Académie française, et le prix Édouard Glissant pour son ouverture aux cultures du monde. Placée sous le signe du nomadisme intellectuel, son œuvre se répartit entre la poésie, la prose narrative et l’essai.