Le Sens des lieux

Éthique, esthétique et bassins‑versants

Gary Snyder

Le Sens des lieux – Couverture Afficher la couverture Toujours afficher les couvertures ?

Le Sens des lieux

Éthique, esthétique et bassins‑versants

Gary Snyder

Domaine sauvage

décembre 2018

978-2-918-490-746

320 pages

22 €

14 × 22 cm
Traduit de lʼanglais par Christophe Roncato Tounsi
Image de couverture © Tom Killion

Ce recueil d’essais de Gary Snyder offre une vue d’ensemble sur un demi-siècle d’écriture et de pensée. On y traverse tous les aspects marquants de la vie et des engagements de l’auteur – poète, bouddhiste zen, penseur versé en métaphysique, militant pionnier du mouvement écologiste et du biorégionalisme.

Au même titre qu’un Thoreau, Gary Snyder apparaît aujourd’hui comme un visionnaire dans la « révolution culturelle » de l’écologie. Le plus discret des poètes de la Beat Generation pourrait être celui qui offre l’héritage le plus fertile aux siècles qui suivent.

Le Sens des lieux est une entrée royale pour s’initier à un auteur de plus en plus étudié en France – mais aussi pour découvrir la pensée écologiste à l’état naissant, dans toute sa richesse et son raffinement.

L’auteur

Gary Snyder est un poète, traducteur, penseur et écologiste américain. Né en 1930 à San Francisco, il est une figure centrale de la Beat Generation et du biorégionalisme, et un acteur de la propagation du bouddhisme zen aux États-Unis. Gary Snyder est également l’un des personnages des Clochards célestes de Jack Kerouac, sous le nom de Japhy Ryder. Il réside depuis plusieurs décennies dans le lieu-dit Kitkitdizze, près de la rivière Yuba (Sierra Nevada, Californie).

Il a publié plus de 25 livres entre 1959 et 2007 (poésie, essais, récits de voyage), traduits en plus de 20 langues. Il a obtenu le prix Pulitzer en 1975.

On en parle

Le type le plus fou et le plus intelligent que nous ayons jamais rencontré.

Jack Kerouac

Quelle beauté pénétrante ! Les véritables maîtres sont aujourd’hui une espèce menacée.

James Hillman

Une intelligence vaste et massive.

The New Yorker

Sommaire

1 Éthique
North Beach
« Notes sur la Beat Generation » et « Le Nouveau souffle »
Traversé par un virus
Le sutra de l’Ours Smokey
Quatre changements et un post-scriptum
Le yogi et le philosophe
« L’énergie est la joie éternelle »
Filets de perles, toiles de cellules
Le conseil villageois de tous les êtres

2 Esthétique
Déesse des montagnes et des rivières
Ce que la poésie a fait en Chine
Une grâce incroyable
Les vieux maîtres et les vieilles femmes
Un soufle seul
L’energie de la lune
Une marche dans l’Existence
Les politiques de l’ethnopoétique
L’incroyable survie du Coyote
L’écriture sans nature
Les deux affluents du langage

3 Le partage des eaux
Réhabiter
Le Monde poreux
La forêt dans la bibliothèque
Les exhortations des bébés tigres
Le vieux « Nouveau Monde » de Walth Whitman
Arriver dans le partage des eaux
La redécouverte de Turtle Island
Kitkitdizze : un nœud dans la toile

Bonus

Note de Gary Snyder

Ce recueil rassemble quarante ans de pensée et d’écrits. Il peut être considéré comme un prolongement de la « pratique sauvage ».

Le vieux principe bouddhiste « Nuis le moins possible » et l’appel écologique « Laisse la nature s’épanouir » s’associent pour rendre hommage à la vie humaine et, par-delà, à tout le reste de la création.

Ces essais sont des appels bouddhistes, poétiques et écologistes à une pensée et une action morales complexes – métaphoriques, obliques et mythopoétiques mais, je l’espère aussi, pratiques.
L’éthique et l’esthétique sont profondément entrelacées. L’art, la beauté et l’artisanat se sont toujours nourris de la partie sauvage et auto-organisatrice du langage et de l’esprit.

Les conceptions humaines du lieu et de l’espace, notre intérêt actuel pour les lignes de partage des eaux, deviennent à la fois modèle et métaphore. Notre espoir serait de voir les domaines interagir, d’apprendre à savoir où nous sommes et, de nous diriger ainsi vers un style de cosmopolitisme planétaire et écologique.

D’ici là, soyez économes, compatissants et vertueusement féroces, vivez dans l’élégance auto-disciplinée de l’« esprit sauvage ».