La Malédiction de la muscade

Une contre-histoire de la modernité

Amitav Ghosh

La Malédiction de la muscade – Couverture Afficher la couverture Toujours afficher les couvertures ?

La Malédiction de la muscade

Une contre-histoire de la modernité

Amitav Ghosh

Le monde qui vient

janvier 2024

978-2-381-140-544

360 pages

25 €

13 × 20 cm
Traduit de l’anglais par Morgane Iserte

Dossier de presse

« Que doit-on ressentir lorsqu’on se trouve face à quelqu’un qui nous a clairement fait comprendre qu’il a le pouvoir de mettre fin à notre monde et qu’il a l’intention de le faire ? »

Une nuit d’avril 1621, sur l’île de Banda Besar à l’extrême est de l’océan Indien, une lampe tombe à terre. Cet événement déclenche le massacre de la population de l’île par les soldats hollandais. La raison de ce génocide : le monopole mondial du commerce de la noix de muscade.

À partir de la noix de muscade, Amitav Ghosh met en scène la malédiction des ressources qui font des îles Banda le lieu d’une des premières guerres extractivistes — et un point de départ pour les grands troubles de notre temps : la crise écologique et les crimes coloniaux.

De Banda Besar à Standing Rock et jusque dans les profondeurs de la forêt amazonienne, l’auteur assemble des récits de destruction et de résistance comme autant de pièces d’un puzzle.

Entre carnet de voyage et enquête historique, La Malédiction de la muscade souligne le rôle central de nos récits collectifs dans la réparation du monde.

L’auteur

Né en 1956 à Calcutta, Amitav Ghosh est l’un des plus importants écrivains anglophones contemporains. Mondialement reconnu pour ses vastes romans historiques, comme Un océan de pavots (2010, sélection Booker Prize) et Les Feux du Bengale (Prix Médicis étranger, 1990), et également salué pour ses essais (dont Le Grand Dérangement), Ghosh est considéré comme un penseur majeur de l'écologie.

On en parle

« Nous sommes profondément redevables à Amitav Ghosh pour son esprit brillant, sa plume acerbe et son âme généreuse. Ne passez pas à côté de ce livre, et surtout ne vous dites pas que vous en connaissez déjà le contenu, car vous vous tromperiez. »
– Naomi Klein

« Le critique culturel le plus perspicace de cette nouvelle ère du changement climatique. »
New York Magazine

« Un essai fulgurant, d’une implacable cohérence, qui met en lumière le caractère central de la violence coloniale dans l’imposition de la modernité. La colonisation du monde comme ressource est un projet systématique d’araisonnement de la nature, instrumentalisée et désenchantée, dans une stratégie de la terraformation de la planète. Une lecture salutaire dont on ne ressort pas indemne. »
– Agnès Sinaï

« Du récit de cette folie meurtrière déclenchée par une denrée qui a la réputation de guérir de la peste, l’essayiste indien Amitav Ghosh fait le symbole de la prédation et de la violence coloniale. […] On suit Ghosh porté par le souffle d’un récit qui brasse une quantité impressionnante de faits historiques. »
Victorine de Oliveira, Philosophie Magazine

« Claudio Magris dit quelque part que l’écriture des récits et l’écriture des discours n’étaient pas si différentes autrefois, que Victor Hugo n’usait pas pour ses écrits politiques d’un autre style que celui de ses romans et qu’il est bien dommage que nous ayons perdu cette habitude. Amitav Ghosh est, d’une certaine façon, l’héritier insolite de cette tradition oubliée. »
Sylvain Venayre, Libération

« Amitav Ghosh raconte avec puissance les racines destructrices de la modernité capitaliste. À contre-courant du mythe de la modernité, il invite à considérer l’hypothèse Gaïa comme l’antithèse de ce système prédateur qui mène à la colonisation et à l’écocide. »
Fabien Benoit, Socialter

« Amitav Ghosh ne se sert pas de la noix de muscade comme d’un prétexte, mais entend bel et bien lui donner la parole, la considérer comme actrice de sa propre histoire. […] Un sens de la narration et de l’anecdote enthousiasmant. […] Un récit important pour changer de perspective sur la modernité et la colonisation. »
Nicolas Celnik, Reporterre

« En nous embarquant au 17e siècle dans l’archipel indonésien des Banda, Amitav Ghosh fait revivre un moment clé de la colonisation des ressources et des populations, à travers son nouveau récit historique […] pour mieux nous interroger sur la prédation actuelle du monde. »
Jennifer Gallé, Vert

« La Malédiction de la muscade est l’épopée critique du rationalisme européen. […] Un brillant essai historique qui se lit comme un roman, une pensée au cœur des enjeux de notre siècle. Essentiel. »
Jean-Paul Deniaud, Pioche ! Magazine

« Un mélange subtil d’analyses historiques et géopolitiques (appuyées par des sources documentaires précises et une bibliographie considérable), de récits romancés et de témoignages autochtones précieux. […] C’est une histoire longue et aux enjeux considérables que l’écrivain Amitav Ghosh fait brillamment sortir d’une coquille de noix. »
Christian Ruby, Nonfiction

« Une riche porte d’entrée sur les perspectives de l’histoire décoloniale, et même d’une politique vitaliste. Un périple traversant les frontières géographiques, temporelles et anthropologiques. »
François Rulier, Politis

« Ghosh conjugue son grand brio de conteur à un savoir scientifique et historique impressionnant. »
Claude Grimal, En attendant Nadeau

« Un livre d’histoire prodigieux. »
– Librairie La Chouette, Lille

« Entre récit de voyage et enquête historique, Amitav Ghosh nous plonge dans un essai captivant. »
– Librairie La Fleur qui pousse à l’intérieur, Dijon

Sommaire

  1. La lampe de Selamon
  2. « Brûler partout leurs maisons »
  3. « Les fruits de la muscade sont morts »
  4. Terraformation
  5. « D’ici peu, nous aurons tous disparu »
  6. Liens à la Terre
  7. Monstrueuse Gaïa
  8. Forêts fossilisées
  9. Goulets d’étranglement
  10. Père de toutes les choses
  11. Vulnérabilités
  12. Un brouillard de chiffres
  13. La guerre qui ne dit pas son nom
  14. « L’ange divin de l’insatisfaction »
  15. Brutes
  16. « La chute du ciel »
  17. Utopies
  18. Politique vitaliste
  19. Forces cachées