Contre-histoire des États-Unis

Roxanne Dunbar-Ortiz

Contre-histoire des États-Unis – Couverture Afficher la couverture Toujours afficher les couvertures ?

Contre-histoire des États-Unis

Roxanne Dunbar-Ortiz

Le monde qui vient

novembre 2021

9-782-381140-278

336 pages

22 €

13 × 20 cm
Préface et traduction par Pascal Menoret
Première édition 2018

Ce livre répond à une question simple : pourquoi les Indiens dʼAmérique ont-ils été décimés ? Nʼétait-il pas pensable de créer une civilisation créole prospère qui permette aux populations amérindienne, africaine, européenne, asiatique et océanienne de partager lʼespace et les ressources naturelles des États-Unis ? Le génocide des Amérindiens était-il inéluctable ?

La thèse dominante aux États-Unis est quʼils ont souvent été tués par les virus apportés par les Européens avant même dʼentrer en contact avec les Européens eux-mêmes : la variole voyageait plus vite que les soldats espagnols et anglais. Les survivants auraient soit disparu au cours des guerres de la frontière, soit été intégrés, eux aussi, à la nouvelle société dʼimmigrés.

Contre cette vision irénique dʼune histoire impersonnelle, où les virus et lʼacier tiennent une place prépondérante et où les intentions humaines sont secondaires, Roxanne Dunbar-Ortiz montre que les États-Unis sont une scène de crime. Il y a eu génocide parce quʼil y a eu intention dʼexterminer : les Amérindiens ont été méthodiquement éliminés, dʼabord physiquement, puis économiquement, et enfin symboliquement.

L’auteur

Roxanne Dunbar-Ortiz est une historienne et militante née en 1938. Docteur en histoire (UCLA, 1974), elle est également diplômée en droit international et droits de lʼhomme de lʼIDH de Strasbourg (1983). Militante de la cause amérindienne depuis 1967, cofondatrice du Mouvement de libération des femmes (MLF) aux États-Unis en 1968, elle a aussi vécu en Europe, au Mexique et à Cuba. Elle est lʼauteure dʼune quinzaine dʼouvrages.

On en parle

Avec ce compte-rendu de la conquête des États-Unis du point de vue de ses victimes, Roxanne Dunbar-Ortiz nous rend un service immense. Renseigné en profondeur, éloquent et lucide, ce puissant récit dʼun crime terrible prend aujourdʼhui un sens nouveau : les survivants rejoignent en effet les peuples indigènes du monde pour lutter – en idées et en actions – contre la destruction écologique du monde causée par la civilisation industrielle.

Noam Chomsky, linguiste

Voici sans doute la plus importante histoire des États-Unis jamais écrite. Voici, restituée de façon honnête et souvent poétique, lʼhistoire de ces traces et dʼun peuple qui a survécu, meurtri mais insoumis. Spoiler alert : la période coloniale nʼest pas close – et tous les Indiens ne sont pas morts.

Robin Kelley, historien

Lʼoubli de lʼhistoire est la maladie fondamentale de la plupart des Américains blancs. Dunbar-Ortiz demande à ses lecteurs de retourner à ce point de départ : de sʼenraciner dans la poussière rouge et les débris de la mémoire.

Mike Davis, sociologue

Issue dʼun milieu ouvrier, ayant grandi en Oklahoma, Roxanne Dunbar-Ortiz a participé à tous les grands mouvements féministes ou révolutionnaires des années 1960 et 1970. Elle éclaire ces expériences avec une implacable précision, et fait preuve dʼune fière et admirable indépendance.

Howard Zinn, historien

Sommaire

Préface du traducteur
Note de lʼauteure

Introduction. Cette terre

  1. Suivez le maïs
  2. La culture de la conquête
  3. Le culte de lʼalliance
  4. Des empreintes de sang
  5. Naissance dʼune nation
  6. Le Dernier des Mohicans et la république blanche dʼAndrew Jackson
  7. Dʼun océan à lʼautre, étincelant
  8. Pays indien
  9. Triomphalisme et colonialisme en temps de paix
  10. La prophétie de la danse des esprits : une nation arrive
  11. La Doctrine de la Découverte

Conclusion. Lʼavenir des États-Unis