La Propriété de la terre

Sarah Vanuxem

La Propriété de la terre – Couverture Afficher la couverture Toujours afficher les couvertures ?

La Propriété de la terre

Sarah Vanuxem

Le monde qui vient

mai 2018

978-2-918-490-692

144 pages

15 €

13 × 20 cm

Contre la doctrine dominante, Sarah Vanuxem démontre dans cet ouvrage que la propriété ne peut pas être conçue comme ce « pouvoir souverain dʼun individu sur les choses ». Même dans le droit moderne, dans le code civil lui-même, dans ses racines romaines et médiévales, la propriété est prise dans la communauté – les choses sont enracinées dans le commun.

En montrant quʼil est possible dʼaccorder des droits aux lieux, Sarah Vanuxem permet de sortir, de lʼintérieur même de notre droit, de la conception occidentale moderne – et de faire converger nos héritages juridiques avec les perspectives écoféministes et indigènes les plus radicales.

L’auteur

Juriste, Sarah Vanuxem est enseignante-chercheuse à lʼUniversité de Nice Sophia-Antipolis et à lʼInstitut national de la recherche agronomique (INRA). Son travail porte sur les transformations que le droit émergent de lʼenvironnement fait subir à notre tradition juridique. Elle enquête actuellement sur les droits des semences, notamment paysannes, et sur les « sectionaux », ces biens collectifs de villages français. Elle a aussi écrit Des choses de la nature et de leurs droits (Quæ, 2020).

On en parle

Sarah Vanuxem reprend à nouveaux frais la question des communs, et propose de faire une place aux non-humains dans la communauté.

Raphaël Larrère, agronome et philosophe

Avec lʼidée que les choses sont des milieux, puisquʼon peut y séjourner, Sarah Vanuxem bouleverse la notion de propriété.

Philippe Descola, anthropologue

Le format est court, le style agréable, ce qui conforte l’efficacité de la démonstration. Une efficacité redoutable puisqu’en une centaine de pages, l’autrice révolutionne la tradition civiliste. 

Isabelle Bruno, Contretemps

Sous la plume décoiffante de Sarah Vanuxem, c’est toute notre vision de la propriété qui se voit chamboulée, et le droit, cette matière réputée sèche, voire ingrate, qui révèle son étonnante créativité.

Weronika Zarachowicz, Télérama

Télécharger lʼentretien avec Sarah Vanuxem, par Weronika Zarachowicz, dans Télérama

Sommaire

Introduction

  1. Trois formes de propriété considérées dʼaprès leur lien à la terre
  2. Trois visages de la nature aux origines de la tradition juridique civiliste
  3. La propriété comme faculté dʼhabiter