Plurivers

Un dictionnaire du post‑développement

Plurivers – Couverture Afficher la couverture Toujours afficher les couvertures ?

Plurivers

Un dictionnaire du post‑développement

Le monde qui vient

septembre 2022

978-2-381140-346

550 pages

25 €

Prévente exceptionnelle du 1 au 30 juin 2022

Télécharger le dossier de presse

Chères lectrices et lecteurs,

D’autres mondes sont possibles.

Pour la première fois en 13 ans d’existence, Wildproject lance une campagne de prévente sur un livre atypique.

Vandana Shiva, Rob Hopkins, Silvia Federici, Satish Kumar, Michael Löwy, Arturo Escobar, Ariel Salleh… : dans Plurivers, 124 auteur·rice·s du monde entier donnent à voir une myriade d’initiatives qui esquissent les sociétés écologiques, féministes et décoloniales de demain.

Ce livre est un grand projet collectif qui a impliqué le travail d’un nombre inhabituel de collaborateur·rice·s et dont les coûts de production sont hors-normes. Pour pouvoir maintenir un prix de vente accessible, nous devons atteindre un objectif de 500 exemplaires en prévente.

Tou·te·s les contributeur·ri·ces seront remercié·e·s dans le livre et recevront l’ouvrage fin août, avec une affiche au format A3.

Pour les commandes hors France métropolitaine, merci d’écrire à librairie@wildproject.org

Agroécologie, Amour queer, Buen vivir, Communalisme, Ecoféminisme, Sentir-penser… Les 100 entrées de ce dictionnaire ouvrent des mondes et dessinent un paysage politique et intellectuel inédit.

PLURIVERS, pour donner à voir, penser, mettre en œuvre d’autres organisations socio-économiques et d’autres styles de vie. 

PLURIVERS, parce que la révolution écologique concerne à la fois notre conception de la nature, du divin, de la société, de l’économie…

Destiné aux militant·e·s, chercheur·se·s, étudiant·e·s, curieux·ses, ce dictionnaire nous accompagne dans ce changement cosmologique. 

Un projet coordonné par : Ashish Kothari (Inde), Ariel Salleh (Australie), Arturo Escobar (Colombie et Etats-Unis), Federico Demaria (Espagne), Alberto Acosta (Equateur).

On en parle

« Un livre à l’ampleur éblouissante, d’une érudition provocatrice et convaincante. »
– Sylvia Marcos, militante féministe et universitaire mexicaine

« Un ensemble agencé de récits qui alimentent le sens et nourrissent l’espoir. »
– Marina Fischer-Kowalski, Université des ressources naturelles et des sciences de la vie, Vienne

« Absolument exaltant. Chaque entrée de ce dictionnaire fait la démonstration du formidable esprit de synthèse et de créativité qui habite ses auteurs et autrices. »
– Jürgen Schuldt, économiste, université du Pacifique, Lima

« Le concept de pluriversel va devenir très important. Un monde pluriversel serait mieux à même de trouver une solution face à la crise générée par le modèle occidental. »
– Philippe Colin, maître de conférences à l’université de Limoges, spécialiste de l’histoire des pensées critiques en Amérique Latine

« Face à une philosophie eurocentrée, qui se pense universelle et s’enseigne partout, le pluriversalisme entend reconnaître l’apport des autres traditions philosophiques. Il ne s’agit pas de liquider l’héritage de la philosophie moderne, mais de faire droit à une diversité épistémique – et de l’enseigner. »
– Valentine Faure, Le Monde

« Aujourd’hui, il est plus que jamais nécessaire, non seulement d’empêcher la destruction du monde, mais d’imaginer et cultiver le nouveau monde. Plurivers y contribue de manière extraordinaire, en apportant les mots pour penser et mettre en œuvre l’alternative : une société écologique, juste, joyeuse, en paix avec le cosmos et avec elle-même. »
– Hervé Kempf

« Cet époustouflant dictionnaire de concepts régénérateurs invite à explorer des récits incarnés par des résistances collectives qui, aux quatre coins de la terre, fabriquent un monde pluriversel. L’approche transversale des luttes, des douceurs et des imaginaires montre la multitude des mondes et la force créative des alliances entre humains et avec d’autres qu’humains. Les singularités propres aux expériences traversées s’agencent en résonances qui donnent des outils majeurs pour défendre la vie en solidarité contre la violence des nationalismes et des multinationales. »
– Barbara Glowczewski, anthropologue

**

Collection “LE MONDE QUI VIENT”
À l’intersection des combats écologiques et décoloniaux

fondée par Baptiste Lanaspeze et Pascal Menoret

« Le Monde qui vient » est une collection fondée en 2017 à l’intersection des combats écologiques et décoloniaux. En une douzaine d’ouvrages, un enjeu s’est progressivement imposé : l’érosion de la légitimité de l’État-nation moderne, et la recherche de nouvelles relations entre des collectifs et leurs territoires de vie. Portée par la conviction que la crise écologique et les injustices coloniales sont liées à la structure impériale des États-nations, cette collection veut accompagner l’émergence de nouvelles politiques de la terre.